Les producteurs de boissons avertissent - Du jus de fruit fabriqué dans des baignoires . » santeplus | Bloguez.com

 Les producteurs de boissons avertissent - Du jus de fruit fabriqué dans des baignoires .

5/8/2010

Les producteurs de boissons avertissent - Du jus de fruit fabriqué dans des baignoires .

Louis Pasteur, considéré comme l’un des pères de la microbiologie, le disait déjà à son époque : nous buvons 90% de nos maladies. Le consommateur algérien doit donc faire attention aux différents “liquides” qu’il ingurgite. “Pour votre santé, exigez la qualité”.
C’est le message émis par l’Association des producteurs algériens de boissons (Apab), en lançant, hier à l’hôtel Hilton d’Alger, une campagne d’information et de sensibilisation à la qualité des boissons, à l’adresse du consommateur. “L’objectif est d’accroître la culture de consommation du citoyen algérien, en l’incitant à réfléchir davantage son acte d’achat, qui doit être absolument orienté vers les boissons de qualité, dont la production a scrupuleusement respecté les règles d’hygiène et de sécurité”, a indiqué le président de l’Apab, en présence de quelques représentants de marques de boissons, entre autre Ifri, NCA…
Cette campagne de sensibilisation des consommateurs, coïncidant avec la saison estivale et pré-ramadhanesque, où l’affluence sur les boissons est particulièrement forte, débutera dimanche prochain, à travers la presse et la radio, et s’étalera sur trois semaines. Dans une branche aussi “juteuse”, 45 milliards de DA de chiffres d’affaires en 2008, des producteurs peu scrupuleux, profitent de cette période, pour mettre sur le marché des produits aussi douteux que dangereux. “Attention à ce que vous buvez !” Beaucoup de produits du marché des jus et boissons ne répondent pas aux règles élémentaires d’hygiène. Un nombre important de fabricants, non véritablement qualifiés, recourent à l’utilisation d’arômes, de colorants et autres additifs non contrôlés et illégale dans de nombreux cas. “Nous constatons aujourd’hui une multiplication de marque de boissons dont les conditions de fabrication, de conditionnement, de stockage et de transport demeurent douteuses”, a souligné Ali Hamani. “Des produits étiquetés sont fabriqués dans des baignoires de salles de bains”, a affirmé Slim Othmani de la Nouvelle Conserverie de Rouiba. En l’absence d’associations de consommateurs, l’Apab se dit interpellée par ce phénomène.
Dans ce domaine, l’Apab a initié de multiples actions. Un manuel sur la traçabilité alimentaire a été réalisé avec l’appui du programme algéro-européen PME II. L’un des outils incontournables, de nos jours, dans un processus de qualité, est la traçabilité des produits.
Celle-ci connaît une importance grandissante, de par le monde, particulièrement pour les produits susceptibles d’affecter la santé humaine (alimentation, médicaments, etc.). Un système de traçabilité fiable, de par la rigueur de ses mesures, renforce la transparence des flux des matières et devient, ainsi, un gage de sécurité alimentaire qui rassure le consommateur. En effet, si le moindre élément ou composant est défaillant, en amont ou en aval d’une chaîne de production, la traçabilité permet de le détecter et d’y apporter les mesures correctives nécessaires, de manière à préserver la conformité du produit final et d’optimiser les opérations de retrait/rappel en cas de risque avéré.
Par ailleurs, l’Apab mène actuellement un projet de labellisation des boissons. La nécessité de labelliser les produits et d’assurer leur traçabilité à travers l’étiquetage, est un élément déterminant de croissance sur les marchés d’exportation où la filière est présente de façon marginale et sous forme de “niche communautaire”.
Mais au-delà des actions louables de l’Apab, les pouvoirs publics sont interpellés parce qu’il est difficile pour un simple consommateur de distinguer un produit de qualité d’un produit douteux sur les étalages. Le seul garant, c’est l’État, à travers les services de contrôle. Des efforts sont faits dans ce domaine et beaucoup d’unités ont été fermées durant l’année 2009 pour non-respect des règles de production et manque d’hygiène, notamment à Mascara et Batna. Mais ils restent insuffisants. 

05-08-2010

Source : http://www.liberte-algerie.com

 

Category : BOISSONS ET SANTE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |