LE POIVRE : L’épice qui guérit » santeplus | Bloguez.com

 LE POIVRE : L’épice qui guérit

8/11/2010

poivreLE POIVRE : L’épice qui guérit

Le poivre a des vertus digestives, anti-rhumes, anti-douleurs, il aide à soigner la gastro-entérite, les bronchites et stimule la libido. Le poivre met du piquant dans la vie et nous garde en bonne santé. Le point sur ses propriétés.

- Le poivre est bon pour la digestion
Le poivre aide à digérer ! On le sait, la digestion débute par la bouche et dans ce processus, la salivation joue un rôle important. Elle commence à séparer certains composants de nos aliments pour les rendre plus faciles à assimiler par l’organisme, elle forme le bol alimentaire en amalgamant les aliments réduits en bouillie par la mastication et elle protège les dents en réduisant l’acidité du milieu buccal. Or, «la chavicine, une résine piquante contenue dans le poivre, possède la faculté d’augmenter la production de salive», soulignent les spécialistes. D’où son action positive sur le processus digestif.

- Le poivre est anti-kilo !
En cas de régime, lorsqu'on privilégie les aliments sans gras, sans sauce, le poivre permet de relever les soupes, salades, viandes et autres poissons grillés, et donc de mieux supporter la diète. A noter : l’effet piquant du poivre peut être aussi très utile dans une situation un peu particulière. «En vieillissant, les personnes âgées voient leur goût s’altérer. Dès lors, tout devient insipide et elles perdent l’envie même de manger, surtout si elles sont seules. Ajoutez systématiquement du poivre aux plats permet de stimuler les bourgeons du goût et redonner envie de se mettre à table, expliquent les mêmes spécialistes.

- Le poivre contre la bronchite, la laryngite, le rhume…
«Le poivre facilite l’élimination des des mucosités et possède une action désinfectante et antalgique locale. C’est pourquoi il est très utile contre les maux de l’hiver : bronchite, laryngite, ou rhume, par exemple. Contre les maux de gorge, voici d’ailleurs une recette plutôt efficace : dans 25 cl d’eau bouillante, laissez infuser 20 graines de poivre moulu et deux gousses d’ail, et sucrez largement au miel. A prendre trois fois par jour en cas de laryngite ou de rhinopharyngite.

- Le poivre calme la douleur !
Les anciens utilisaient volontiers des liniments, c’est-à-dire des mélanges à base d’huile, pour frictionner le corps et soulager certaines affections. «Comme la moutarde, le poivre peut être employé dans la confection de liniments efficaces contre les maux de tête, les douleurs articulaires, musculaires, la goutte… », affirment les spécialistes. La recette : dans une petite poêle, faire revenir une cuillère à café de poivre en poudre dans 10 cl d’huile de sésame, puis laisser refroidir et filtrer. Ensuite massez les parties douloureuses.

- Le poivre stimule la libido
Le poivre a une action aphrodisiaque, probablement due à ses vertus tonifiantes et à son action vasodilatatrice. En effet, lors de la montée de l’excitation, les organes sexuels, de l’homme mais aussi de la femme, gonflent. Un phénomène dû à l’augmentation du calibre des vaisseaux sanguins qui les irriguent. Pour mieux se préparer au plaisir, on peut donc pimenter ses dîners en amoureux ou, comme le conseillent les médecins, croquer chaque jour six graines de poivre avec 4 amandes et un verre de lait. Les amandes sont elles-mêmes considérées comme aphrodisiaques (elles contiennent de l’arginine, un acide aminé qui pourrait être impliqué dans le mécanisme de l’érection). Quant au lait, est réputé aphrodisiaque dans certains pays, probablement parce qu’il contiendrait des peptides stimulant la production d’endorphine.

- Le poivre anti-gastro !
Vous êtes sujet aux troubles intestinaux et aux gastro-entérites ? Pensez au poivre ! En prévention : le poivre est un antibiotique et un antiparasitaire intestinal qui permet également de réduire la fermentation. En curatif, si vous êtes déjà malade, vous pouvez l’associer avec de la coriandre, du gingembre et surtout du curcuma, vous obtiendrez alors un puissant cocktail désinfectant, précisent les médecins.

- Le poivre est diurétique
Le poivre aide l’organisme à éliminer les toxines parce qu’il a des propriétés diurétiques. Il provoque la dilatation de l’artère rénale, c’est-à-dire qu’il augmente la production d’urine. A noter : cette propriété détoxifiante est encore amplifiée par un autre processus. Le poivre augmente aussi le calibre des vaisseaux capillaires à la surface de la peau, ce qui a un effet diaphorique. En clair, il facilite la transpiration.

- Le poivre est anti-dysepsie
Le poivre peut soulager les dyspepsies et leurs symptômes : ballonnements, éructation, flatulences, sensation de lourdeur. La pipérine, le principal actif du poivre, celui qui lui donne son goût piquant, excite les enzymes digestives, composants qui facilitent l’assimilation des protéines, des lipides, et de certains glucides fournis par l’alimentation, expliquent les spécialistes. Elle permet ainsi de soulager des désagréments liés à cette pathologie. En clair : si vous êtes sujet à ces petits soucis, avant de foncer chez le pharmacien, essayez d’abord de poivrer un peu plus vos repas !

- Le poivre assainit l'organisme, détoxifie
Avantage de la pipérine, principe actif très présent dans le poivre (5 et 8% de sa composition). Elle stimule la production de bile par le foie, on dit qu’elle a un effet cholérétique. Une très bonne chose, car c’est grâce à la bile que l’organe joue son rôle d’épurateur : il lui permet de se débarrasser (et donc de débarrasser l’organisme) des toxines. Après sécrétion, la bile est ensuite stockée dans la vésicule puis évacuée via l’intestin. Astuce pour les adeptes du régime «détox» : n’hésitez pas à ajouter quelques tours de moulin à poivre dans vos soupes de légumes !

- Dans quels cas éviter le poivre ?
Si le poivre est, la plupart du temps, un atout santé, mieux vaut tout de même l’éviter dans certains cas. Il est préférable de réduire sa consommation en cas d’ulcère à l’estomac, car il irrite la muqueuse gastrique. De même, le poivre n’est pas recommandé lors d’une crise hémorroïdaire, préviennent les spécialistes. Dans la médecine ayurvédique (science de l’Inde), il est dit que l’épice ajoute du feu au feu. Les tempéraments colériques, très actifs, qui transpirent beaucoup, appelés pitta chez les Indiens, ont donc intérêt à ne pas en abuser.

 Source : http://lesoirdalgerie.com

 

 

Tags : poivre sante
Category : EPICES ET SANTE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |