LEUCÉMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE - Plus de 2 000 cas en Algérie » santeplus | Bloguez.com

  LEUCÉMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE - Plus de 2 000 cas en Algérie

25/11/2008

 
LEUCÉMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE - Plus de 2 000 cas en Algérie

Plus de 2 000 cas de leucémie lymphoïde chronique sont recensés en Algérie. Plus de 50 % des personnes qui se présentent aux services hématologie sont à un stade avancé de la maladie. C’est le constat dressé par le professeur Boudjera, présidente du Comite national d’hématologie, lors d’une rencontre scientifique.
Wassila Z. - Alger (Le Soir) - Communément appelée la LLC dans le monde des hématologues, la leucémie lymphoïde chronique reste peu connue en Algérie. Ce cancer du sang était au centre de l’intérêt d’une rencontre scientifique organisée mercredi à Alger par le laboratoire allemand Bayer Schering Pharma. Regroupant tous les hématologues de la région centre du pays, cette manifestation scientifique a été encadrée par le professeur Bruno Cazin du centre hospitalio-universitaire de Lille France. Il faut signaler que cette pathologie rare touche de façon préférentielle les personnes âgées. Plusieurs études ont révélé que le pic de fréquence se situe à l’âge de 65 ans. Cependant, l’homme est deux fois plus exposé à cette maladie que la femme. Quant à l’évolution de la maladie, elle est souvent très variable, parfois très lente. Les malades ont souvent la même durée de vie que la population du même âge. Evoquant la maladie, le professeur Cazin dira qu’il peut exister une hérédité familiale, et qu’en dehors de quelques cas familiaux, on ne connaît pas de facteurs favorisant le déclenchement de la maladie. Pour la fréquence de cette maladie, le conférencier dira qu’elle est estimée à 30 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Celle-ci est rare avant 40 ans et augmente de fréquence vers 80 ans. C’est souvent lors d’un examen systématique du sang d’un sujet de la soixantaine en bon état général qu’on note à l’hémogramme une élévation des globules blancs, les lymphocytes. L’examen est normal ou peut montrer des ganglions superficiels bilatéraux et symétriques, parfois une grosse rate. Il est alors peu fréquent de constater une anémie, une baisse des plaquettes. Elle est caractérisée par la présence dans le sang de lymphocytes B en excès, proches de leurs équivalents lymphocytes B normaux, les précurseurs des plasmocytes, qui sécrètent les anticorps ou immunoglobuline (Ig). La durée de vie médiane dépasse 10-12 ans pour les patients à plaquettes de classes A, elle est de 5-7 ans et 1-3 ans pour ceux des stades B et C. Plusieurs maladies et infections bactériennes relatives accompagnent cette pathologie. Les hématologues ne cessent de fournir des efforts pour trouver des traitements efficients, qui soulagent la maladie et augmentent l’espérance de vie. Dans cette visée, le spécialiste français a présenté une communication sur la fludarabine dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique. Il s’agit d’une molécule découverte en 1980. Selon le conférencier, le traitement en question donnerait de très bons résultats. Cette «avancée» serait le résultat d’une étude franco-allemande étalée sur dix ans. L’utilisation permettrait «la disparition de tous les symptômes comme la transpiration ou la fièvre nocturne. Cela permet également l’infiltration croissante de la moelle osseuse et augmente de deux ans la survie des patients». Enfin, il est important de savoir que cette maladie est souvent diagnostiquée tardivement, réduisant ainsi les chances de survie.
W. Z.

source: http://www.lesoirdalgerie.com

Category : CANCER EN ALGERIE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |