Et si c’était la sclérose en plaques ? » santeplus | Bloguez.com

 Et si c’était la sclérose en plaques ?

17/4/2009

Et si c’était la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques touche des adultes jeunes. Elle évolue lentement et insidieusement, mais avec les années, elle devient cause de handicaps neurologiques. Comment la reconnaître, quels sont les premiers symptômes de la sclérose en plaques ?
Quelles sont les causes de la sclérose en plaques ?
Comme pour toutes les maladies auto-immunes, le système immunitaire reconnaît à tort comme étranger un de ses propres constituants et met donc en œuvre des actions de défense. Dans le cas de la sclérose en plaques, c'est la myéline, une gaine qui entoure les neurones, qui est progressivement détruite. Cette gaine de myéline protège les neurones et accélère la transmission nerveuse. Progressivement, sans cette gaine, les informations nerveuses du cerveau vers le reste du corps sont ralenties, voire bloquées. Résultat, des handicaps surviennent et s'accentuent avec le temps.

Comment reconnaître une sclérose en plaques ?
Certains signes sont typiquement évocateurs d'une sclérose en plaques et doivent alerter.
Des symptômes moteurs :
Une faiblesse musculaire localisée provoquant une gêne de la motricité, des tremblements, une difficulté à contrôler les mouvements.
Des troubles de la sensibilité :
Une diminution de la sensibilité au niveau de certaines parties du corps, des engourdissements, des fourmillements, des douleurs brèves, des impressions de choc électrique.
Des signes visuels :
Une déficience de l'acuité visuelle, une vision double, des douleurs en bougeant les yeux, des mouvements oculaires involontaires.
Des symptômes cognitifs :
Une perturbation de certaines fonctions cérébrales : troubles de la mémoire, de l'attention, etc.
Des troubles urinaires :
De type incontinence.

Des troubles de l'équilibre et de la coordination :
Perte d'équilibre

L'autre grande caractéristique de la sclérose en plaques est qu'elle évolue par poussées : les symptômes apparaissent de façon cyclique, entrecoupés de périodes de rémission, sans symptôme.
Il existe cependant des formes de sclérose en plaques caractérisées par une évolution lente et progressive. C'est-à-dire que les symptômes évoluent lentement mais de façon continue sans période de rémission.
A noter enfin que les femmes sont deux fois plus nombreuses à être atteintes de la sclérose en plaques et que les antécédents familiaux jouent aussi un rôle : 20% des personnes touchées ont un proche parent qui en souffre aussi.

Cancer et sclérose en plaques
Des chercheurs suédois de l’Institut Karolinska croient que les changements apportés aux habitudes de vie des personnes souffrant de sclérose en plaques les protègent contre le cancer.
En analysant les dossiers médicaux d’environ 20 000 sujets, les scientifiques ont observé que le risque de cancer était 10% moins élevé chez les patients aux prises avec la maladie dégénérative. Selon l’un des auteurs, le Dr Shahram Bahmanyar, ce constat est particulièrement vrai chez les femmes.
Il y a toutefois un bémol à ces résultats et il s’agit du risque de cancer du cerveau, qui peut être plus élevé dans les cas de sclérose en plaques. «Cette hausse peut s’expliquer par l’inflammation dans le cerveau», a expliqué M. Bahmanyar.

13-04-2009

 

Source : http://www.elmoudjahid.com

Category : SCLEROSE EN PLAQUES | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |