Hépatite C : efficacité similaire entre les deux traitements » santeplus | Bloguez.com

 Hépatite C : efficacité similaire entre les deux traitements

27/7/2009

Hépatite C : efficacité similaire entre les deux traitements

Une étude clinique américaine a conclu à une  similitude dans l'efficacité médicamenteuse des deux traitements utilisés contre  l'hépatite C chronique .         
Selon cette étude, l'essai clinique mené avec 3.070 Américains adultes,  dans la quarantaine pour la plupart, montre que les deux thérapies antivirales  sont sans risque et  offrent la meilleure approche pour éviter une défaillance  du foie, voire le décès du malade.         
"Les médecins et les malades disposent désormais de faits solides pour  comparer l'efficacité, la sûreté et les effets secondaires de ces deux thérapies",  explique le Dr Mark Sulkowski, directeur du centre sur l'hépatite virale à la  faculté de médecine Johns Hopkins à Baltimore et l'un des principaux coauteurs  de l'étude.          Les auteurs se disent surpris de ne trouver "aucune différence majeure"  entre ces deux traitements dans leur capacité à supprimer la charge virale à  un niveau indétectable dans le sang.         
L'hépatite C est transmise par contact avec le sang ou d'autres fluides  du corps d'une personne infectée, lors de rapports sexuels, de partages de   seringue chez les toxicomanes ou d'utilisations partagées par exemple d'une  brosse à dent.         
Cette infection tue plus de 10.000 Américains chaque année. On estime  que quelque 180 millions de personnes sont infectées dans le monde dont quatre  millions aux Etats-Unis. L'hépatite C est la principale cause de défaillance  hépatique et de transplantation du foie.         
Ces deux traitements standard de 48 semaines — peg-interféron alfa-2b  (une protéine produite par le système immunitaire) combiné à la ribavirine (un  antiviral) ou peg-interféron alfa-2a avec de la ribavirine — ont permis une  guérison totale dans 39,8% et 40,9% des cas respectivement, une différence   statistique jugée insignifiante, précisent les auteurs.         
Les effets secondaires comme l'anémie, la fatigue, des maux de tête  et la dépression ont été communément observés chez les participants à cette  étude.         
De 10 à 13% de ces patients ont cessé le traitement dans les deux cas  en raison des effets secondaires, des proportions "attendues avec ce type de  thérapies", relève le Dr Sulkowski.         
Les auteurs de cette recherche soulignent que les personnes commençant  l'un ou l'autre des traitements tôt ont des niveaux de guérison plus élevés.

 

Source : http://www.elmoudjahid.com

Category : HEPATITE B ET C | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |