Alerte à la rubéole ! » santeplus | Bloguez.com

 Alerte à la rubéole !

7/8/2009

Alerte à la rubéole !

Près de 40 nouveaux cas de rubéole en 2001 et plus de 20 en 2002 chez des femmes enceintes: tel est le bilan alarmant de ces deux dernières années en France. Extrêmement dangereuse pour le foetus, cette maladie bénéficie pourtant d'un vaccin efficace. Le point sur la situation et les moyens d'éviter les risques.

L'Institut de veille sanitaire a lancé une alerte : la rubéole continue de faire des ravages chez les femmes enceintes.

Trop de nouveaux cas

La rubéole est pour vous synonyme de maladie du passé ? C'est normal, elle a pratiquement disparu en France, grâce à la vaccination pratiquée de manière systématique chez les enfants. Cette affection représente essentiellement un danger pour le foetus, au cours de la grossesse. Or elle n'est pas totalement éradiquée, et reste une menace pour les futures mamans. Selon les rapports publiés par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire en mai et décembre 2003, 38 cas de rubéoles ont été détectés chez des femmes enceintes en 2001, et 21 en 2004. Et ces affections sont loin d'être anodines : en 2001, l'infection a provoqué 6 naissances de bébés atteints de malformations congénitales, 2 avortements spontanés et 8 interruptions de grossesse. En 2002, une naissance de bébé atteint de malformation est à déplorer et 11 interruptions de grossesse ont été pratiquées.

Qu'est-ce que la rubéole ?

La rubéole est une maladie provoquée par un virus qui touche généralement les enfants entre 5 et 9 ans. La transmission se fait par voie respiratoire ou par le placenta chez les femmes enceintes. Les symptômes apparaissent environ deux semaines après la contamination et sont assez anodins : fièvre modérée, douleurs musculaires, ganglions et parfois taches rouges sur le visage et le haut du corps, disparaissant en quelques jours. Le diagnostic est confirmé par la présence d'anticorps spécifiques dans le sang. Le traitement se limite à faire baisser la fièvre en attendant la guérison spontanée. Mais le principal danger reste la contamination pendant la grossesse. En effet, le virus peut passer de la mère à l'enfant, surtout lors des premières semaines. La maladie peut alors entraîner des avortements spontanés ou de graves malformations.

Un manque de vaccinations

Pourtant un vaccin existe. Il est recommandé chez les adolescents depuis plus de 30 ans et promu depuis près de 20 ans chez les nourrissons. Il est d'ailleurs inclus aujourd'hui dans le fameux vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole). Mais du fait des réticences de nombreux parents, la France est l'un des pays européens dont la couverture vaccinale est la plus faible. C'est particulièrement vrai chez les enfants ou 16 % ne sont pas protégés à l'âge de 2 ans et 10 % ne le sont toujours pas à 6 ans. La transmission aux jeunes adultes se fait ainsi plus facilement, ce qui explique que les femmes de moins de 30 ans représentent 86 % des femmes infectées.

Séance de rattrapage !

En examinant de plus près les cas de femmes enceintes concernées par la rubéole, les épidémiologistes soulignent qu'au moins 31 femmes sur 36 contaminées en 2001 et 14 sur 21 en 2002 n'avaient jamais été vaccinées contre cette maladie. Il est donc essentiel que les adolescentes et jeunes femmes qui n'ont pas été vaccinées fassent un "rattrapage" avant d'envisager une grossesse (sachant qu'il ne faut pas concevoir d'enfant au moins deux mois après la vaccination). Généralement, une vérification de la protection contre la rubéole est effectuée lors de toute grossesse, et en cas de résultat négatif, une vaccination effectuée en post-partum devrait systématiquement être proposée. Cela permet au moins de protéger les futures grossesses. Alors si vous avez un doute à propos votre propre protection face à la rubéole, n'hésitez pas à en parler votre médecin.

Alain Sousa

Source : http://www.doctissimo.fr

Category : FEMME ENCEINTE ET BEBE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |