Le mélanome mieux contrôlé » santeplus | Bloguez.com

 Le mélanome mieux contrôlé

30/8/2009

Le mélanome mieux contrôlé

Des oncologues américains affirment être parvenus à mettre au point un médicament qui traite le plus meurtrier des types de cancer de la peau dans son stade le plus avancé, habituellement incurable.

À l'heure actuelle, pratiquement aucun traitement ne vient à bout du mélanome lorsqu'il se répand sous la peau. Par exemple, la chimiothérapie et les autres thérapies réussissent à réduire la taille des tumeurs dans seulement 10 à 15 % des cas.

Un essai clinique à petite échelle mené par une équipe du centre Abramson de l'Université de la Pennsylvanie montre que le médicament expérimental PLX4032 (R7204) aide des personnes atteintes de ce cancer à le neutraliser sur une plus longue période. Elles vivent ainsi plus longtemps.

Le PLX4032 cherche et détruit les cellules tumorales portant la mutation BRAF, impliquées dans environ 60 % des mélanomes malins.

Ce médicament pourrait non seulement aider à réduire la taille des tumeurs, mais aussi à retarder leur propagation, estiment les chercheurs.

Moins de 5 % des personnes atteintes vivent plus de deux ans après que le cancer se soit propagé dans le corps.

Les pharmaceutiques Roche et Plexxikon ont présenté ces résultats lors du congrès de la société américaine d'oncologie (American Society for Clinical Oncology).

Les traitements actuels contre le mélanome, comme la chimiothérapie, peuvent diminuer les symptômes et augmenter la qualité de vie, mais n'allongent pas la durée de vie.

Certaines personnes doivent subir de nombreux effets secondaires pour peu de bénéfices.

Selon les plus récentes statistiques estimées par la Société canadienne du cancer, il y aura 5000 nouveaux cas cette année au pays, et 940 personnes en mourront.

Des études confirment que les mélanomes sont plus fréquents chez les gens qui passent beaucoup de temps au soleil.

Mise à jour le mardi 2 juin 2009

Source : http://www.radio-canada.ca

Category : CANCER - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |